Archives par étiquette : résolveur

résolveur de liens OpenURL [7] version 1.0

Après deux ans de mise en service du résolveur de liens AMU, nous pouvons comparer la progression moyenne 2013-2014 : +90% sessions et +70% pages vues d’une année sur l’autre. L’objectif en 2015 est de maintenir un nombre de pages vues supérieur à 200 000.

L’interface a connu 3 évolutions en 2 ans pour pouvoir intégrer les différents développements. Elle propose maintenant deux sections dans la partie droite, BIBLIO+ pour les rebonds auteurs et citations vers Google Scholar, DISPO+ pour la disponibilité du texte intégral en archives ouvertes, la disponibilité de la revue ou du livre en bibliothèque et enfin la possibilité de commander un article via le PEB.

Ces rebonds ne sont pas toujours actifs mais toujours visibles, leur accessibilité est signalée par un code tricolore : orange = interrogation des services, vert = disponible, rouge = indisponible. Par exemple, lorsqu’un lien vers le texte intégral d’un article est présent, le lien « Commander l’article » est inactif, en rouge. A l’inverse il passe au vert et devient actif lorsqu’il n’y pas de texte intégral en ligne et l’usager peut alors d’un simple clic générer le formulaire de PEB pré-rempli sur le site des bibliothèques AMU.

exemple : un article non disponible dans les abonnement AMU mais present en OA ne peut pas être commandé par le PEB

Exemple : un article indisponible dans les abonnements AMU mais en OA ne peut pas être commandé par le PEB.

 

 

résolveur de liens OpenURL [6] aucun lien disponible

Il y un peu moins d’un an, je m’interrogeais sur les possibilités de rebonds lorsque le résolveur ne trouve pas de liens vers le texte intégral. Je vais donc reprendre point par point les pistes envisagées.

  • Commander le document par le service du PEB (prêt entre bibliothèques) :
    Il n’y a pas eu d’évolution notable dans la clarification de ce service proposé par les bibliothèques AMU, les conclusions du groupe de travail dédié à ce sujet ne sont pas encore connues. Sur ce front, on notera aussi que le service RefDoc devrait rouvrir cet automne et qu’une enquête est en cours concernant la facturation centralisée.
  • Visualiser la disponibilité du texte intégral dans les collections imprimées :
    En juillet, l’ouverture du serveur SRU du SIGB nous a permis d’exploiter les données du catalogue. Ce service s’appuie sur un script de conversion du résultat de la requête en XML vers JSON hébergé sur Google App Engine avec la librairie pUrl.
  • Visualiser la disponibilité dans des archives ouvertes  :
    Nous utilisons l’API CORE (COnnecting REpositories) pour récupérer les données, le script Simple PHP Proxy avec Google App Engine et pUrl pour contourner la limitation des requêtes inter-domaines. Ce service sera mis en place en version bêta lors de l’Open Access Week. Il s’agit surtout d’une fonctionnalité destinée à communiquer. En effet, le résolveur est surtout utilisé par le public identifié recherche, cela permet donc d’exposer l’AO dans l’interface pour des articles qui seraient aussi accessibles via le rebond Google Scholar.

Ces changements nous poussent à rapprocher la prochaine mise à jour de l’interface pour mieux intégrer ces nouveautés ainsi que la directive européenne sur les traceurs.

smashbeta

Certainement lors du creux de fin d’année.

charts01

résolveur de liens OpenURL [5] mise à jour de printemps

En mars 2014 l’interface du résolveur de liens SMASH a été mise à jour. Les précédents billets documentent les changements opérés et vous pouvez tester une version statique en ligne. En résumé, les actions principales depuis le résolveur ont été simplifiées et les fonctionnalités liés aux document physiques abandonnées (interrogation SRU du catalogue et service PEB). Celles-ci seront donc intégrées lors de la mise à jour suivante lorsque ces services seront disponibles.

Après deux mois de recueil statistique, l’analyse des événements nous permet de constater :

  • l’échec des métriques de niveau revue, dont la consultation proche de zéro nous pousse à repenser/supprimer l’accès à cette information ;
  • l’échec relatif des rebonds Google Scholar auteur et citation dont il faudra aussi repenser l’emplacement ;
  • le taux très élevé de clic sur le lien DOI actif dans la référence (27%), sans doute perçu, et utilisé à tort, comme moyen d’accès absolu au texte intégral en ligne.

Cette révision a permis d’harmoniser l’apparence de plusieurs applications et de généraliser l’accès à l’assistance via UserVoice : SMASH (résolveur de liens), lama (système d’accès distant) et Bento (revues et articles en ligne) . La communication de ces changements a été commune aux usagers (site web bu) et aux professionnels (mailing).

résolveur de liens OpenURL [4] interfaces [3]

Il faut faire un effort d’imagination …

Après une interface pour le résolveur de liens lorsque celui-ci matche une référence disponible en ligne, imaginons les interactions possibles pour un texte intégral non disponible. Celui-ci peut-être disponible en ligne mais en dehors de la base de connaissance (cible non déclarée, archives ouvertes, etc.) ou disponible dans les collections imprimées, celles de l’université ou d’une autre université via le prêt entre bibliothèques (le temps de fourniture d’un article par le PEB est en moyenne de deux semaines). Il reste toujours possible de l’acheter directement en pay-per-view sur le site de l’éditeur.

… merci de votre participation.

Les pistes :

  • Relance d’un groupe de travail AMU sur le PEB en janvier 2014 qui devra harmoniser, simplifier le circuit du PEB et pourra être un espace de proposition.
  • Visualiser la disponibilité du texte intégral dans les collections imprimées de l’université depuis l’interface du résolveur de liens. L’université Rennes 2 (Julien Sicot), dans une configuration logicielle similaire à celle de l’université d’Aix Marseille, exploite déjà cette solution. Le réseau des bibliothèques AMU est étendu et la fourniture rapide de l’article serait un service intéressant en sortie du résolveur.
  • Visualiser la disponibilité dans des archives ouvertes via le résolveur OpenURL AIRwayprésenté par Benjamin Bober. Un plus, mais les cibles disponibles restent peu nombreuses.

résolveur de liens OpenURL [4] interfaces [2]

Voici la première maquette de la nouvelle interface du résolveur de liens SMASH lorsque celui-ci matche une référence :

Screenshot_2013-12-17-12-50-57  Screenshot_2013-12-17-12-51-26

Nous avons choisi de simplifier au maximum les éléments d’interaction : bouton vers le texte intégral placé au dessus de la référence, la base cible n’est plus cliquable, disparition des informations concernant la couverture de la revue, les rebonds plus nombreux sont visibles uniquement  en dépliant le menu « Services + ».

Le design est pensé tablet first mais il s’agit plutôt d’un design qui demeure identique pour toutes les tailles d’écran afin de proposer une expérience unifiée. Cela se justifie pleinement pour une page intermédiaire entre deux sites (source et cible) dont le temps de consultation est de l’ordre de quelques secondes.

Le CSS s’appuie sur la bibliothèque Pure, vous pouvez tester une version statique en ligne.

résolveur de liens OpenURL [3] statistiques [2]

Que peuvent nous apporter les statistiques pour améliorer l’utilisabilité ?

La vitesse de chargement d’une page du résolveur varie entre 2 et 3 secondes dans la grande majorité des cas mais parfois ce temps peut aller jusqu’à 10 secondes voir plus. Dans sa version actuellement en production, chaque page fait appel à plusieurs serveurs (les données en provenance de Serials Solutions ; les fichiers javascript, css, images depuis jquerytools.org et dropbox ; le widget d’assistance depuis uservoice.com ; les fontes complémentaires et le script Analytics depuis les serveurs de Google ; des données bibliométriques depuis altmetric.com). Il faudra veillez à ne pas augmenter exagérément les appels à des services tierces et les placer judicieusement pour ne pas attendre que chacun ai donné sa réponse.

Nous pouvons aussi analyser, au travers du suivi d’évènements, les liens suivis depuis l’interface.

Evènements Google Analytics (plus de 1%)

article 46,54 %
googe scholar 14,36 %
revue 14,35 %
imprimé 10,27 %
doi 8,80 %
base de donnée 4,18 %

Le taux d’utilisation du rebond sur Google Scholar est significatif (14%), il s’agit d’un service qui semble bien utilisé lorsque le résolveur ne propose pas d’accès au texte intégral. A l’inverse les taux relativement élevés de clics sur les liens « revue » (14%) et « base de donnée » (4%) peuvent révéler un problème d’ergonomie de l’interface. Même si la présence du texte intégral n’est pas systématiquement signalée au niveau article, mauvaise définition de certaines cibles, les usagers semblent utiliser trop systématiquement les liens vers les revues ou les plateformes. Les noms de celles-ci sont-ils plus attirants pour le chercheur que la promesse d’obtenir son article via le lien « texte intégral » ?

Enfin, bien que l’interface du résolveur s’adapte aux différentes taille d’écran des terminaux (RWD), il semble que la recherche documentaire ne se fasse que marginalement sur des tablettes et des téléphones puisque cela représente à peine plus de 0,5% du total des visites.

résolveur de liens OpenURL [3] statistiques [1]

Deux outils de récupération des statistiques d’usages sont utilisés sur le résolveur de liens Aix Marseille Université. L’un est intégré au service 360 de Serials Solutions, il permet plus particulièrement d’analyser le trafic correspondant aux différentes sources et cibles. Le second, Google Analytics, est davantage orienté vers l’analyse des comportements sur l’interface.

Sources 360Link (plus de 1%) :

google 23,9%
www.isinet.com:WoK:UA 20,1%
CAS:CAPLUS 9,1%
www.isinet.com:WoK:WOS 8,4%
EBSCO:PsycINFO 7,6%
EBSCO:PASCAL 6,8%
EBSCO:MEDLINE 5,7%
EBSCO:FRANCIS 3,0%
PubMed:LinkOut 2,9%
EBSCO:Business Source Complete 1,9%
Elsevier:SD 1,7%
wiley.com:OnlineLibrary 1,0%

Google et PubMed sont les seuls à afficher la disponibilité réelle dès la page de résultats. Pour les autres sources, l’usager dispose d’un lien lui permettant d’interroger la disponibilité.

Pour les cibles les données sont plus complexes à exploiter car la quantité de données est importante mais aussi parce qu’elles sont agrégées dans l’outil 360 avec les recherches de type « répertoire des revues disponibles ». On retrouve évidement les poids lourds en tête de liste :

Fournisseurs cibles 360Link et 360EJPortal (top 5) :

Elsevier
Wiley-Blackwell
Springer-Verlag
EBSCOhost
Directory of Open Access Journals

Pour comparer, une référence recherchée sur cinq aboutit sur la plateforme ScienceDirect.

Revues cibles 360Link et 360EJPortal (top 15) :

Angewandte Chemie (International ed.)
The Lancet (British edition)
Encéphale
La revue de medecine interne
Archives de pédiatrie : organe officiel de la Société française de pédiatrie
Revue neurologique
Physical review letters
Tetrahedron letters
Physical review. B, Condensed matter and materials physics
Intensive care medicine
Critical care medicine
Chemistry : a European journal
PloS one
Chemical communications (Cambridge, England)
Journal of the American Chemical Society
American journal of physical anthropology

A titre de comparaison, la revue Angewandte Chemie, qui arrive en tête des consultations, totalise sur une année le nombre moyen de références recherchées sur une journée.

Google Analytics permet de consulter toutes les pages accédées sur l’interface du résolveur. Il serait alors possible d’analyser finement, non seulement les références accédées mais aussi l’ensemble des références recherchées, y compris celles non accédées (indisponibles dans les abonnements AMU).

résolveur de liens OpenURL [3] fonctionnalités

Nous avons déterminé 3 groupes de fonctionnalités disponibles depuis l’interface du résolveur de liens.

Groupe principal :

  • Rappel de la référence
  • Lien vers le texte intégral en ligne (si disponible)
  • Lien vers la commande de document (si texte intégral en ligne indisponible)

Groupe alternatif

  • Relancer une recherche de la référence dans Google Scholar (si texte intégral en ligne indisponible – revue)
  • Relancer une recherche de la référence dans Google Books (si texte intégral en ligne indisponible – livre)
  • Relancer une recherche de la référence dans les collections imprimées (si texte intégral en ligne indisponible)
  • Relancer une recherche de la référence à partir de son DOI (si texte intégral en ligne indisponible et présence d’un DOI – article)

Groupe complémentaire

  • Citations de la référence dans Google Scholar (présence d’un DOI article)
  • Citations de la référence dans Web of Knowledge
  • Auteur(s) de la référence dans Google Scholar
  • Auteur(s) de la référence dans Web of Knowledge
  • Altmetric (présence d’un DOI article)
  • Impact Factor (revue)
  • SCImago Journal & Country Rank (revue)

Ces fonctionnalités ne sont pas encore toutes validées tant coté technique (faisabilité) que coté usagers (utilisation). Nous n’en sommes qu’au début …

… j’en ai oublié deux : l’assistance aux usagers et la compatibilité avec les logiciels de gestion de références !

résolveur de liens OpenURL [2] installation

Pour effectuer nos développements sur l’interface du résolveur de liens d’Aix Marseille Université et tester de nouveaux services nous avons installé en local un serveur ubuntu dans une machine virtuelle. Sans oublier git, outil de gestion de versions.

Il faudra s’assurer de satisfaire quelques dépendances et d’avoir correctement paramétrer l’activation des environnements virtuels pour python avant de passer à l’installation de l’application utilisée à Brown University.

J’en profite pour partager cette astuce très pratique pour travailler avec Sublime Text via ssh.

résolveur de liens OpenURL [1] interfaces [1]

Nous voulions proposer dans notre université une alternative à l’interface d’origine du résolveur de liens 360Link. Voici un exemple de page proposée par défaut :

360Link native interface

Nous avons mis en place une autre interface en utilisant le code Javascript/jQuery proposé par Matthew Reidsma (Grand Valley State University). Les explications par l’auteur dans rethinking stock user interfaces. Avec cette méthode c’est l’interface native qui est modifiée, l’accès aux résultats se fait sur la page d’origine hébergée par Serials Solutions. Cela nous a permis d’ajouter des rebonds et de construire une mise en page plus lisible.

SMASH - 360Link reset

Les inconvénients de cette méthode sont liés au mode de paramétrage de 360Link : administration dépendante des mises à jour quotidiennes et environnement de test peu adapté à l’édition du code.

Nous avons donc choisi d’explorer une autre solution basée sur Python/Django/Heroku et présenté par Ted Lawless (Brown University). Cette fois-ci l’API 360Link est utilisée, cela permet de travailler en local puis de déployer en ligne avec Heroku. En séparant développement et production nous pourrons mieux tester chacune des fonctionnalités.

obscure-oasis-fugu 360Link Django

Cette solution ne sera peut-être pas utilisée en production mais il s’agit aussi de se familiariser avec l’interrogation d’une API avec en point de mire l’interrogation d’un éventuel résolveur de liens déployé sur la base de connaissance national.

 

résolveur de liens OpenURL [0] explications

Un résolveur de liens est un service web qui répond à une requête basée sur le standard OpenURL.

Regardons l’exemple ci-dessous, nous trouvons dans la première partie en rouge, l’adresse du résolveur de liens utilisé pour obtenir les informations (exemple : trouver le texte intégral d’une citation dans les abonnements d’Aix Marseille Université). Dans la seconde partie en bleu, se trouvent les informations encodées concernant la citation (exemple : Google Scholar a généré la requête, il s’agit d’un article de la revue British journal of surgery, le nom de l’auteur est Prytherch, etc.).

http://sh2hh6qx2e.scholar.serialssolutions.com/?sid=google&auinit=DR&aulast=Prytherch&atitle=POSSUM+and+Portsmouth+POSSUM+for+predicting+mortality&id=doi:10.1046/j.1365-2168.1998.00840.x&title=British+journal+of+surgery&volume=85&issue=9&date=1998&spage=1217&issn=0007-1323

Le lien OpenURL est construit à partir de la base de données source mais c’est le résolveur de liens qui détermine les informations à afficher en fonction des cibles sélectionnées (base de connaissance). Il affichera donc uniquement les informations pertinentes pour l’usager au travers d’une interface, c’est à dire une page web listant les différents services disponibles pour cette référence. Le principal service attendu étant l’accès au texte intégral.

En résumé, le résolveur de lien permet de faire le lien entre une référence (la source) et le texte intégral (la cible).

Les bases de données bibliographiques sont de bons exemples de bases sources. C’est un peu plus complexe pour les bases cibles, mais ce sont généralement des bases de données avec texte intégral, des bouquets de revues, des revues en titre à titre, etc. Il est possible de paramétrer le résolveur pour interroger un moteur de recherche, renseigner un formulaire de commande de document (PEB) ou d’autres services à valeur ajoutée comme des données bibliométriques.